Accueil Inscription / Connexion
Afficher le menu
Rejoignez-nous!
40 ans au service de l'économie régionale
Une tradition industrielle de plus de deux siècles projetée dans l'avenir
Cercle de réflexion, porteuse de projet et représentante de l'économie régionale
Un tissu industriel homogène et fortement spécialisé
Une économie tournée vers l'exportation
Microtechniques issues de l'horlogerie
Au coeur de l'horlogerie
Stratégie économique du Jura bernois 2030
Un cadre naturel préservé
Une concentration exceptionnelle d’acteurs des microtechniques

CHRISTIAN DYROFF - J'étais venu pour rester 2 ans...c'était il y a 15 ans

Vivre et travailler dans le Jura bernois @Pays de Chasseral

Géraldine Berberat
Posté le 09.09.2019
Vivre et travailler dans Jura bernois @pays de Chasseral

Chasseral

Le Jura bernois, région de Chasseral regorge d'atouts attirant des talents de Suisse et d'ailleurs. Découvrez ces secrets à travers les témoignages de ces "expats" venus vivre et travailler dans la région. 

 

CHRISTIAN DYROFF

52 ans, marié, 4 enfants               dyroff

Pédiatre FMH @ Hôpital de St-Imier

Depuis 15 ans à Courtelary

Originaire de Freiburg in Brisgau, Allemagne. En Suisse depuis 1998.

 

 

POUR QUELLES RAISONS ÊTES-VOUS VENU VIVRE DANS LE JURA BERNOIS?

Je suis venu en 1998 en Suisse pour réaliser mes stages de médecine : Bâle, Zürich, Winterthur, St-Gall et Bienne où j’ai par la suite ouvert mon cabinet.

A ce moment-là l’hôpital de St-Imier cherchait un pédiatre, car celui qui officiait allait prendre sa retraite. Comme je parlais français on m’a demandé si je souhaitais venir. J’ai dit ok, et je pensais rester 2 ans maximum et reprendre ensuite mon cabinet à Bienne. Au bout de 6 mois je savais que je voulais rester, et cela fait maintenant15 ans que je travaille à St-Imier.

 

CONNAISSIEZ-VOUS LE JURA BERNOIS AVANT DE VENIR ?

Je connaissais la région vue depuis le ciel. En effet, j’ai comme passion le planeur, et depuis Freiburg in Brisgau j’ai souvent survolé la région.

 

QU'ÉVOQUE POUR VOUS LE CHASSERAL?

En tant que passionné de planeur, le Chasseral est synonyme de bons thermiques.

Pratiquant des activités de plein air avec ma famille, c’est également un très beau terrain de jeu pour le VTT et les balades en familles, surtout à la Combe Grède.

 chasseral

 

LE JURA BERNOIS C'EST TRANQUILLE, QU'EN PENSEZ-VOUS?

Je dirais que cela dépend de ce que l’on souhaite dans la vie. Les jeunes médecins qui viennent faire leur stage à St-Imier aiment sortir en boîte et effectivement ici ce n’est pas l’endroit idéal pour ça. En revanche avec des enfants la région est optimale, car elle est calme dans le bon sens du terme, elle apporte sérénité et on peut facilement se ressourcer. La qualité de vie y est extraordinaire.

 

POUVEZ-VOUS NOUS DÉCRIRE VOTRE JURA BERNOIS ?

C’est une région montagneuse, avec un climat froid et des gens très chaleureux. Une fois que l’on arrive à s’adapter au climat tout est merveilleux. En quelques minutes vous êtes dans une forêt, apercevez des chevreuils ou faites une sortie en VTT.

Aller travailler en VTT le matin en passant par le Mont-Crosin et Le Mont-Soleil c’est le rêve. On se croit en vacances en allant au travail. D’ailleurs beaucoup de mes amis aiment venir nous rendre visite, car ils trouvent que nous habitons une région de vacances.

 vue%20village%20ciel

 

QU’AIMEZ-VOUS DANS LA RÉGION ?

J’apprécie particulièrement la qualité de vie et le calme, dans le sens reposant.

Les enfants font partie du club d’athlétisme et d’équitation, ma femme aime également l’équitation et nous avons la chance ici d’avoir la liberté de partir se promener dans ces magnifiques paysages. De plus, pas besoin d’être riche pour pratiquer ce sport, contrairement à d’autres régions de Suisse. L’accès à la propriété y est également plus accessible que dans une grande ville.

Etant passionné de planeur, il y a un club à Courtelary dans le village où nous habitons. Je ne peux donc pas rêver mieux que de pouvoir pratiquer ma passion à quelques minutes de chez moi.

Bien évidemment ce que nous apprécions sont les activités de plein air avec ma famille, aller faire des grillades lors d’une petite marche.

Ce qui a aussi été déterminant pour nous lorsque nous nous sommes installés à Courtelary, c’était les infrastructures scolaires pour nos enfants. Ma fille va au gymnase à Bienne, et elle peut s’y rendre en train rapidement. Il y a également le CEFF (Centre de formation professionnelle) à St-Imier, donc toutes les infrastructures scolaires sont à portées de mains pour les enfants.

 

QU’EST-CE QUI VOUS A SURPRIS / CHOQUÉ EN ARRIVANT ?

Le côté gris des bâtiments à St-Imier donnait un aspect triste à la ville. Mais je trouve que cela a beaucoup changé ces 10 dernières années, c'est devenu beaucoup plus joli.

La ville était déserte le dimanche, on aurait dit une ville fantôme, pas un restaurant d'ouvert.

Mais ce qui m’a surtout surpris positivement, c’est la gentillesse des habitants, ils sont vraiment sympas, c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle nous sommes restés vivre ici. C’est une autre mentalité que la ville, et chacun accepte l’autre et sont respectueux envers la fonction.

Au niveau professionnel, j’ai beaucoup de plaisir à travailler à l’hôpital de St-Imier, car nous travaillons en commun avec la direction, les médecins, le personnel de l’hôpital et tout le monde est très à l’écoute des besoins et cherchent des solutions ensembles. C’est très rare de trouver cela. De plus, le chemin de décision est très court. Ainsi tout le monde est gagnant.

Ceci se retrouve également dans la vie personnelle. Si vous faites appel à un plombier, même celui qui n’a pas travaillé sur la construction de votre maison, il vient tout de suite pour vous rendre service. Les gens sont serviables et avenants ce qui est très appréciable.

 

QU’EST-CE QUI A ÉTÉ LE PLUS DIFFICILE AU DÉBUT ?

Je pense que c’était le français dans le domaine privé. Mon français était suffisant au niveau professionnel, je connaissais les termes et cela se passait bien. En revanche, dans le domaine privé, j’avais de la peine à suivre les conversations et les blagues, il me manquait de la finesse au niveau de la langue.

 

QU’AIMEZ-VOUS FAIRE LE WEEK-END ?

Avec ma famille nous faisons principalement des activités en plein air, telles que le ski l’hiver aux Bugnenets-Savagnières, mais également dans d’autres domaines skiables plutôt familiaux que nous avons découverts grâce au MagicPass.

L’été nous aimons aller au bord du Lac de Bienne, marcher le long du Doubs, faire des grillades lors d’une randonnée à pieds ou aller manger dans une métairie ou une sortie en VTT dans la région. Comme mentionné plus haut, l’athlétisme et l’équitation ont également les faveurs de ma famille et moi je m’adonne à ma passion, le planeur.

Au début où nous étions là, nous partions tous les week ends voir nos amis à Lucerne, Zürich ou en Allemagne. Maintenant ce sont eux qui viennent nous voir, car ils trouvent que nous habitons une belle région où il est agréable de venir pour le week end. Ils aiment dire que le Jura bernois est une région idéale pour les vacances.

bienne 

QU’EST-CE QUI VOUS DÉPLAIT ?

Rien de spécial.

 

QU’EST-CE QUI VOUS MANQUE ?

Franchement pas grand-chose.

Je dirais la variété culinaire et le niveau gastronomique. Les plats régionaux sont très bons et de qualités. Mais en dehors des mets locaux, il manque de variété et de qualité.

Pour faire les magasins nous devons aller à Lucerne ou Zürich, et pour aller au cinéma à Bienne mais franchement ça ne nous dérange pas vraiment, car on n’y va pas souvent.

 

AU NIVEAU PROFESSIONNEL, COMMENT JUGEZ-VOUS VOS PERSPECTIVES PROFESSIONNELLES DANS LA RÉGION ?

Très bonnes.

L’hôpital de St-Imier a été flexible et ouvert sur notre manière de collaborer et les 2 parties en ressortent gagnants. Jamais ailleurs une telle collaboration n’aurait pu être possible. La flexibilité des employeurs de la région pour fidéliser leur employé ou les faire venir est très appréciable et rend le travail agréable.

L’hôpital de St-Imier a mis en place des formations intéressantes pour les étudiants en médecine lausannois. Ceci dans le but de pouvoir les recruter dans le futur et cette démarche fonctionne. Ils se rendent compte de la qualité de vie que nous avons ici et des excellentes conditions de travail à l’hôpital de St-Imier.

 

AVEZ-VOUS TROUVÉ FACILEMENT DU TRAVAIL ?

Oui, ils sont venus me chercher.

 

VOTRE JURA BERNOIS EN 5 QUESTIONS :

 

Un mot pour le définir : Calme et paysages magnifiques pour les activités en plein air

Une bonne adresse : Restaurant du Cerf à Sonceboz

Une spécialité : La Tête de moine

Une activité incontournable : Grillade dans la nature en famille

Un lieu insolite : Combe Grède

 



CHRISTIAN DYROFF - J'étais venu pour rester 2 ans...c'était il y a 15 ans

0 commentaire