Accueil Inscription / Connexion
Afficher le menu
Rejoignez-nous!
40 ans au service de l'économie régionale
Une tradition industrielle de plus de deux siècles projetée dans l'avenir
Cercle de réflexion, porteuse de projet et représentante de l'économie régionale
Un tissu industriel homogène et fortement spécialisé
Une économie tournée vers l'exportation
Microtechniques issues de l'horlogerie
Au coeur de l'horlogerie
Stratégie économique du Jura bernois 2030
Un cadre naturel préservé
Une concentration exceptionnelle d’acteurs des microtechniques

INFRASTRUCTURES, CONSTRUCTION ET ARTISANAT

Stratégie économique 2030 du Jura bernois

Patrick Linder
Posté le 19.09.2019
Stratégie économique 2030 du Jura bernois

La stratégie économique 2030 du Jura bernois aborde les infrastructures

 

La traduction de la stratégie économique 2030 du Jura bernois en mesures se poursuit en suivant la cadence annoncée lors du lancement du processus. Le paquet d’actions imaginées pour atteindre les objectifs stratégiques d’ici une dizaine d’années comprend désormais 28 préconisations pour l’axe thématique « Infrastructures, construction, artisanat ». Les domaines de l’énergie, de la mobilité et des transports, de l’aménagement du territoire, de la construction et de l’artisanat ainsi que ceux de l’administration sont abordés. Situés en amont de toute activité économique ou industrielle, ils en déterminent largement les conditions de fonctionnement. Hétérogène et complexe à harmoniser, ce champ d’action demeure l’étape inéluctable pour structurer, à terme, le territoire du Jura bernois de manière cohérente, fonctionnelle et durable.

 

Le processus stratégique initié en 2018 - porté par la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) au nom de toutes les instances régionales liées à l’économie - ambitionne de donner de grands objectifs communs et de renforcer la synchronisation des actions menées dans le Jura bernois. Après « organisation régionale et relations extérieures », « tourisme », « formation », c’est désormais l’axe thématique intitulé « infrastructures, construction, artisanat » qui est transcrit dans des mesures à concrétiser dans les dix prochaines années. Il recèle plusieurs défis inédits, à commencer par la définition de son pourtour. Cette tâche a été coordonnée dans le cadre de la commission infrastructures de la CEP.

 

La logique d’agencement sous-jacent, d’ensemble d’équipements structurant le territoire régional et permettant son fonctionnement a déterminé l’approche de la CEP. Elle englobe aussi les domaines de construction et d’artisanat comme compétences nécessaires à la réalisation, l’entretien ou l’adaptation d’infrastructures comprises comme soubassements de toute activité économique. Cette conception engendre ainsi un champ incontournable pour le fonctionnement de l’économie régionale et particulièrement de sa dimension industrielle, principal employeur et moteur historique de développement. Aménager le territoire, pouvoir construire des bâtiments, disposer des savoirs et qualifications pour le faire, obtenir ou produire de l’énergie, recycler les déchets comptent parmi ces besoins de nature « infrastructurelle ». Hétéroclite, ne disposant pas d’une existence spontanée, l’axe « infrastructures, construction, artisanat »  permet de considérer différents éléments a priori dépareillés, mais dont l’harmonisation permet d’envisager une organisation et un fonctionnement du territoire du Jura bernois cohérent, fonctionnel et durable.

 

Conditionné par différentes strates légales, déterminé par la qualité du rapport avec l’administration, l’aménagement du territoire est une préoccupation centrale. Imaginer des zones industrielles partagées et inciter les collaborations entre communes permettra non seulement la plus grande efficience pour les infrastructures régionales, mais aussi de s’acheminer vers un fonctionnement du Jura bernois comme une même agglomération. Le domaine public et la relation à l’administration ont pour leur part fait l’objet de nombreuses réflexions. Dans ce contexte, le processus d’octroi de permis de construire doit absolument être optimisé pour gagner en réactivité et soutenir les porteurs de projets revêtant un intérêt majeur pour la région. Quant aux objectifs en matière d’auto-suffisance énergétique régionale par le biais d’une production locale d’origine renouvelable impliquent des actions dans le registre de l’efficience énergétique, mais aussi dans une logique d’écologie industrielle ou en termes de localisation des interactions.

 

Les perspectives ouvertes par le champ d’action « infrastructures, construction, artisanat » de la Stratégie économique 2030 du Jura bernois méritent d’être développées dans les prochaines années. Une partie des mesures préconisées s’évertue ainsi à analyser et décrire des dénominateurs communs, particulièrement dans la construction et l’artisanat. Il faut relier cette orientation au fait principal que, par exemple, le domaine de l’artisanat recouvre des réalités profondément différentes tout en étant organisé verticalement - en métiers - de manière cloisonnée. Du point de vue de la région, il semble prometteur d’identifier les convergences et défis communs en repartant de la base et des besoins.

 

Les mesures proposées adoptent ainsi pour point de fuite commun la garantie future de conditions de fonctionnement idéales, durables et flexibles pour l’économie régionale.

 

Les 28 mesures en détails 

 

mesures infrastructures



INFRASTRUCTURES, CONSTRUCTION ET ARTISANAT

0 commentaire